Rechercher

Le train de la vie : chronique d'un effondrement

Mis à jour : juil. 6



--Chine, Pékin, Printemps 2008--

Quand je revois cette photo, je me dis que j'avais raison de regarder le ciel, vu ce qui allait m'arriver !

-J'habitais en Chine dans ce pays que j'aime tant, dans un quartier de Pékin que j'adorais. -J'étais mariée et heureuse, pensais-je pour l'éternité... -J'avais fait de belles études de journalisme et de langue et culture chinoises, été présidente d'association, vécu tout cela dans la joie. -J'avais un bel avenir financier devant moi, un possible emploi de Cadre trilingue français-anglais-chinois. -J'avais cette grand-mère magique, Yvonne, que j'aimais tant et sans qui je n'imaginais pas la vie possible.

Et puis en quelques années, tout a basculé.

-En Chine, où nous étions installés, les conditions pour rester sont devenues compliquées : en 2 semaines, nous avons plié et rapatrié 2 années. -Finalement, il s'est avéré que ce mariage, n'était pas pour l'éternité, et il s'est terminé. -Dans la foulée, mon travail et mes finances ont rencontré d'énormes difficultés. -Et c'est à ce moment que j'ai fait un des meilleurs choix de ma vie : tout laisser de côté pour accompagner ma Mami chérie dans son dernier voyage sur cette terre...

Alors oui, dans ma vie, tout s'est effondré : l'amour, l'argent, le travail, les rêves, les illusions aussi et les repères que je croyais éternels...

Mais vous savez quoi ? La vie a continué ! Même sans tout ça. Sans mari, sans le travail pressenti, sans l'avenir financier promis et sans ma chère mami.

La vie a continué autrement, elle a sursauté, prié, hurlé, s'est recroquevillée, redéployée, à travers moi. Mais elle a pour-suis-vit son chemin.

Parce que la vie, vit. C'est un train en marche. On se croit aux commandes de tout, alors qu'on est juste un passager du train. Et c'est vital d'apprendre parfois à s'asseoir, méditer, regarder le paysage défiler, accepter ce rythme imposé, voyager plus léger.

Et puis parfois, réaliser que si on ne peut pas changer de train, on peut toujours changer de wagon. Et que si on ambitionne d'aller 4 wagons plus loin, et bien il faut se mettre dès maintenant en chemin car ça va commencer par le wagon voisin.

Acceptez que vous êtes dans le train. Apprenez à changer de wagon. Pour ne pas rester enfermé dans votre train-train quotidien.

Un wagon après l'autre, j'ai appris que la vie va et que je suis en vie, que j'ai de la chance d'être encore dans le train et que la vie qui défile par la fenêtre est toujours belle, même sans tout ça, même.


Marion


- Mes textes font partie du projet : "Mes Papillons de Transformation" : ils ont un corps de mots, une aile de musique et de son, une aile de caractère chinois et de sens. Transformons nous intérieurement pour s'envoler et alléger nos vie vers plus de sens : direction et signification. -

Aile de son :

🎧 Un hymne à la vie : "Même sans toi" Yves Jamait

Aile de sens :

🀄️ Le caractère chinois qui signifie le véhicule :



17 vues

Suivez moi