Rechercher

Je ne déménage jamais vraiment...




Parce que ma maison est à l'intérieur.


Peut-être est-ce ce petit escargot, symbole de ma terre natale bourguignonne, qui me l'a appris dans le temps : ma maison, elle voyage avec moi.


La langue anglaise, que j'aime depuis mes 10 ans, me l'a soufflé également : avec ses deux mots pour maison. Alors qu'en français, il n'y en a qu'un. Grâce à l'anglais, j'ai compris que, partout où j'allais, je trouvais un chez moi, un "home sweet home", même si je changeais de "house". 


Peut-être est-ce aussi mes racines nomades d'ancêtres espagnols passés par l'Algérie, puis mes voyages en Chine, qui m'ont montré cette voie voyageuse : ma maison, c'est là où je me sens bien, c'est là où je suis avec des gens que j'aime, c'est là où je le décide d'être.


A l'heure où je vous écris je suis donc entre-deux, à nouveau. J'ai peur et confiance, comme toujours face au changement. J'en ai vécu tellement dans le temps, des changements, que j'ai appris à faire confiance, intérieurement. 


Et cela m'a appris aussi que c'est ok d'avoir peur, puisque il est dit que le courage, ce n'est pas de ne pas avoir peur, mais d'avoir peur et de le faire quand même !


Lâcher ce qu'on connait, ce qui nous rassure, pour aller explorer autre chose, parce qu'on sent que c'est le moment. Lâcher l'ancien, pour faire de la place pour le nouveau. C'est ce que nous apprend l'automne chaque année. Accepter le caractère éphémère de toute chose et de la vie... la nôtre pour commencer.


Déménagement, emménagement... finalement, de ménage en ménage, sans ménagement, j'ai l'impression de trier la mienne, un peu plus à chaque fois, de processer le passé et de m'alléger. 


Alors je vous souhaite à vous aussi une semaine dans l'énergie du tri automnal.


Marion

16 vues

Suivez moi